Quand pécher est une grâce

Dernière mise à jour : 25 août 2019

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


Je lutte contre moi-même, mais je dois bien reconnaître que je perds souvent.


(Bon, ok : toujours...)


C'est bien pour ça que nous a été donné l'Istighfar :


Il n'a pas été créé pour nous empêcher de fauter, mais pour nous le permettre, et par voie de conséquence, nous inciter à la demande de pardon.


Car ce n'est pas la faute qui importe, mais le repentir.


Et comme il ne saurait y avoir de repentir sans péché, nous avons été créés faillibles... avec l'option bourdes honteuses, dérapages incontrôlés, et pulsions inavouables.


C'est ainsi depuis Adam.


Aussi, il serait vain de prétendre vouloir renoncer au péché.


On se doit certes d'aspirer à l'excellence, mais sans présumer de stations réservées aux plus vertueux et aux rapprochés.


En revanche, renoncer à la demande de pardon, par négligence ou désinvolture, confère à la faute un caractère intentionnel extrêmement grave.


Là réside toute la différence entre le rebelle et le croyant.


Quand pécher est une grâce - Blog - Stéphane Abdallah ILTIS

(Soutenir mon travail.)

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout