Poésie orpheline

Dernière mise à jour : 23 août 2019

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


Jean-Pierre Siméon, Christian Doumet...


Deux poètes de la génération actuelle que je découvre, au hasard d'un article (pour le second), ou parce qu'on m'en a parlé (pour le premier).


Ce qui me frappe, d'emblée, c'est que ces deux auteurs sont des enseignants de très haut niveau - l'un agrégé de lettres, l'autre professeur à la Sorbonne.


Dans mes CARNETS DE ROUTE, je concevais une approche empirique de la poésie selon trois temps distincts, dont le premier était celui de l'étude des textes des aînés censée dégager une méthode de synthèse purement théorique ; laquelle devait donner lieu à une mise en pratique expérimentale ; laquelle devait fonder, si l'expérience s'avérait concluante, une poétique universelle.


En effet, les fondements de la poésie traditionnelle avaient volé en éclats, et il convenait de "réapprendre la poésie", qui se cherchait tant dans la forme que sur le fond :

Le poète ayant perdu le sens admis du sacré, la foi ayant déserté le monde en général et les arts en particulier, la poésie, déboussolée, se trouvait orpheline.


Les mots ne servaient donc plus à formuler, dans la forme académique du vers, le Sens (connu), mais à Le chercher, ainsi que la manière de L'exprimer (ledit vers étant tombé en désuétude faute de matière à habiller : on ne pare pas un squelette désassemblé d'une robe de haute couture).


Il convenait donc d'étudier, de chercher ; et les poètes se sont faits, depuis Valéry investissant la chaire de poétique comparée du Collège de France, intellectuels - universitaires, critiques, chercheurs, professeurs...


Dans le temps, il y avait d'une part ceux qui créaient, qui produisaient ; et d'autre part ceux qui étudiaient, qui critiquaient ce travail, qui glosaient dessus : chacun à sa place.

Aujourd'hui, le poète a endossé l'habit des seconds, qui dans l'ordre des valeurs précèdent les premiers :


Le poète est désormais subordonné à l'intellectuel.


Ce qui prouve combien la poésie, vidée de toute substance, appauvrie dans sa forme, sans ligne directrice claire, est devenue une fille misérable, qui erre en haillons dans les chemins de hasard sur lesquels elle a été jetée.


Dans le passé, elle se savait l'habit cousu de fils d'or du Beau, du Vrai - de l'Absolu : le vers ciselé, travaillé avec minutie, riche de sa rigueur mathématique et de ses effets sonores, incarnait et sublimait une Vision sacralisée du monde.


La quête de l'Absolu demeure pourtant, timide, dans des vers libres sans artifices qui sont autant de pas hésitants, à travers quelques images ô combien fragiles de l'instant fugitif, éphémère :


J’aime les très vieux assis à la fenêtre qui regardent en souriant le ciel perclus de nuages et la lumière qui boite dans les rues de l’hiver
j’aime leur visage aux mille rides qui sont la mémoire de mille vies qui font une vie d’homme
j’aime la main très vieille qui caresse en tremblant le front de l’enfant comme l’arbre penché effleure de ses branches la clarté d’une rivière
j’aime chez les vieux leur geste fragile et lent qui tient chaque instant de la vie comme une tasse de porcelaine
comme nous devrions faire nous aussi à chaque instant avec la vie

(Jean-Pierre Siméon, Éloge de la vieillesse)


Ainsi va la poésie aujourd'hui, jetée dans le séculier qui caractérise ce monde moderne duquel l'Homme, dans son orgueil infini, a chassé le divin.


Et pour compenser Sa perte, le poète s'est gavé de science et d'érudition, et s'est fait professeur, chercheur, universitaire...


Mais comme Il ne saurait mourir, le vrai Poète empli de Son amour resurgira nécessairement, ses vers rayonnants, magnifiques, de Son évidente Lumière.


(Soutenir mon travail.)

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout