top of page

Les degrés de l'égarement

Dernière mise à jour : 13 avr. 2021

بسم الله الرحمن الرحيم


Il y a dans le cœur, entre Ruh et Nafs, la zone de l'amour : il s'agit en fait de la zone où s'expriment des tendances ou inclinations naturelles, qui vont orienter l'aiguille de la boussole du cœur (et on parle ici d'un cœur qui a perdu le Nord muhammadien, car celui qui jouit de ce bon magnétisme est définitivement orienté vers ALLAH ﷻ).


On s'intéresse ici à la zone de l'amour située du côté ténébreux – en d'autres termes celles ou s'expriment les inclinations au mal (et les attributs du mal) et qui font pencher le cœur vers l'ego.


Ces inclinations/attributs sont de l'ordre de l'amour ou des peurs (attraction/répulsion) pour les choses du bas-monde, et sont générées par l'ego qui s'en nourrit en les transformant en actes concrets, assisté en cela par le Shaytan sous ses formes Jinn ou Qarîn (en fait les actes produits vont contribuer à renforcer les inclinations/attributs préexistants, amorçant un cercle vicieux).


Pour les transformer en actes concrets, l'ensemble "ego-Shaytan" va procéder en khawatir (pensées) :


L'ego seul produit les hawajis (idées), qui vont transformer les inclinations/tendances en actes égotiques et développer l'égoïsme – sans introduire de notion de transgression.


Shaytan produit quant-à lui les wasawis (suggestions) qui sont eux-mêmes de trois degrés d'importance :

  1. Suggestions diaboliques, qui vont transformer les inclinations/tendances en péchés et développer la transgression : c'est le degré de l'auto-nuisance où on ne fait de tort qu'à soi-même.

  2. Suggestions diaboliques, qui vont transformer les inclinations/tendances en atteintes aux biens et aux personnes et développer la malfaisance : c'est le degré de la nuisance aux autres, mais consciente – c'est-à-dire que le sujet n'a pas totalement éteint son ego en Iblis لعنة الله عليه et qu'il est, d'une certaine manière, récupérable.

  3. Obsessions diaboliques, qui vont transformer les inclinations/tendances en passages à l'acte auto ou hétéro-agressifs d'ordre pathologique et développer la folie : c'est le degré de la nuisance généralisée, aussi bien à soi-même qu'aux autres, mais inconsciente – c'est-à-dire que le sujet est totalement éteint en Iblis لعنة الله عليه, sous son contrôle, et qu'il est quasi-irrécupérable.


Comme on l'a vu dans un précédent post, Shaytan sous toutes ses occurrences (Qarîn/Jinn) se manifeste dans le sang comme une bactérie et c'est lui qui, véhiculant les khawatir par le canal sanguin, va transmettre l'ordre d'agir du cœur aux membres concernés (langue pour la médisance, la calomnie, la diffamation... ; yeux et oreilles pour l'indiscrétion... ; mains pour les vols et autres atteintes physiques... ; cerveau pour les atteintes d'ordre intellectuel comme les escroqueries ; etc...).


On suppose que l'ego emprunte le même canal pour transmettre les hawajis.


On a vu dans un autre article comment ces germes du mal avaient été génétiquement inscrits en l'homme par la faute initiale d'Iblis لعنة الله عليه, et donc qu'ils étaient en nous à l'état latent, prêts à se réveiller avec la manifestation des premiers besoins corporels et l'avènement de l'ego.


Toujours est-il que le degré le plus extrême de la possession diabolique, et donc de l'emprise parfaite d'Iblis لعنة الله عليه, est bien la folie, en ce qu'il a totalement éteint la personnalité et l'ego du sujet qu'il contrôle intégralement.


Vient ensuite celui de la malfaisance, qui correspond à ce qu'on appelle le satanisme ou luciférisme et consiste en un pacte conscient avec Iblis لعنة الله عليه, auquel le sujet a délibérément fait allégeance.


Les degrés de la transgression et du pur égoïsme sont bien évidemment les moins graves, mais ils restent la porte ouverte aux autres vers lesquels ils peuvent évoluer, si l'on n'inverse pas chez le sujet ses tendances et inclinations égotiques en inclinations saines, de manière à réorienter le cœur vers le Nord muhammadien et Le Divin.




 

EDIT



La zone dans le cœur, entre Ruh et Nafs, est en réalité celle des influences – savoir : tous les facteurs tiers qui vont venir renforcer les attractions naturelles de l'ego ou de la Lumière muhammadienne.


Pour la partie qui nous intéresse (celle qui se situe en bas, entre la boussole du cœur et Nafs), il s'agit de la zone des influences malsaines : celles qui vont venir renforcer l'ego dans la constitution de Nafs en passions et traits de caractère morbides, et en degrés d'égarement selon la nature de ces derniers en termes de gravité.


C'est ainsi que l'ego, en soi, comme répondant sans le moindre cadre ni limite à ses propres inspirations (hawajis) – qui sont en réalité l'expression des besoins égotiques primaires et secondaires – entraîne la formation du premier degré de Nafs qui est celui du repli égoïste, car on parle bien ici de l'égoïsme le plus cynique, dont la principale préoccupation est l'assouvissement des besoins personnels sans le souci des autres (quitte à les piétiner), entraînant un repli sur soi parfaitement indifférent. (Un ego bridé, contrôlé par la Shari'a et la Sunna, est quant-à lui un ego qui s'efface et tient compte des autres ; car il voit ses besoins encadrés par La Loi Divine, de manière à les contenir et à ce qu'ils n'empiètent pas sur l'espace des autres : comme on tient un chien en laisse.)


Précisons que l'inspiration égotique, par quoi le besoin du corps se manifeste au cœur (l'envie de boire par exemple, qui naît de la soif, est une inspiration égotique), trouve sa source en soi : elle est intrinsèque à l'être charnel dont le corps éprouve des besoins vitaux.


Les autres catégories de besoins, eux, répondent à des influences tierces – et je ne dis pas "extérieures" car Al-Qarîn, qui est l'une d'elles (et pas des moindres), est bien intérieur – mais il s'agit d'une entité étrangère qui s'est développée dans le corps (dans le sang) comme une mauvaise bactérie y ayant fait son nid.


Et ces influences (malsaines) se divisent en deux catégories, de nature diabolique, qu'on peut donc regrouper sous l'appellation générique Ash-Shaytan :

  • Al-Qarîn, qui agit de l'intérieur ;

  • Al-Waswasi Al-Khannas, jinni ou humain, qui provient de l'extérieur.


Ces influences, qui procèdent de l'amour, vont consister en attachements de mauvaise compagnie : Al-Qarîn, déjà, est un compagnon auquel on est si étroitement lié qu'on le confond avec l'ego ; mais là où l'ego ne génère que des besoins liés au corps (boire, manger, s'accoupler...) via les hawajis, Al-Qarîn va générer, quant-à lui, via les wasawis (tout comme Al-Waswasi Al-Khannas), des tendances plus sophistiquées, de l'ordre de la transgression et de la désobéissance pures, relevant des passions durables et des traits de la personnalité morbide : alcoolisme, fornication, jeu – ou encore des choses plus innocentes en apparence : carriérisme, passion des enfants... mais non moins malsaines par ce qu'elles impliquent : orgueil, idolâtrie...


Ainsi, toutes les tendances et traits de caractère morbides constituant Nafs, sont forgées par la réitération de l'expérimentation de l'assouvissement des besoins égotique, sous l'influence de Ash-Shaytan (Al-Qarîn ou Al-Waswasi Al-Khannas) qui s'appuie sur le plaisir rencontré et incite à le rechercher sans fin dans une espèce d'escalade malsaine.


Et cet ensemble de passions et de traits de caractère (les tendances et la personnalité morbide) va donc constituer dans Nafs des degrés d'égarement, selon leur nature et leur gravité ; on a déjà vu que le premier degré, le plus basique, est l'égoïsme cynique ; les autres sont :

  • La transgression égocentrique (ou péché), qui se caractérise par l'intention centrale de se satisfaire soi-même tout en transgressant, avec une conscience relative de la transgression et du caractère illicite, mais sans viser (du moins directement) la nuisance aux autres ; le trait de caractère dominant est donc l'égocentrisme ;

  • La malfaisance (ou pure malveillance), qui se caractérise par l'intention directe de nuire à autrui, de faire du mal, de causer du tort (par quoi on trouve du plaisir) ; le trait de caractère dominant est la perversion, voire la psychopathie (ou trouble de la personnalité antisociale) ;

  • La folie (ou psychose), qui se caractérise par l'abolition complète du discernement, le désordre, la désorientation, la confusion, soumettant intégralement l'individu à la volonté des Shayatin qui ont réussi à brouiller totalement le cœur à force de waswas : ce dernier se voit donc complètement coupé de Ruh, incapable de se remettre dans sa direction et de se soumettre à la Shari'a et à la Sunna ; au-delà de tout trait de caractère dominant (chaque psychose a ses traits de personnalité caractéristiques), la dominante de ce degré est le délire (ou perte de contact avec la réalité) par quoi le cœur est à la merci totale des Shayatin ; mais surtout, ce degré est celui de l'éloignement irrémédiable d'ALLAH ﷻ (car la plupart des psychoses sont irréductibles), et c'est là l'accomplissement ultime du serment d'Iblis لعنة الله عليه.

Le 05 février 2021

 

GLOSSAIRE


Khatir (pl. khawatir) : pensée


Subdivisions :


Ilham : inspiration angélique

Khatir haqq : inspiration divine


Hajis (pl. hawajis) : idée égotique

Waswas (pl. wasawis) : suggestion diabolique

 
 

Tous droits réservés © Stéphane Abdallah ILTIS / Abu Al-Huda : toute reproduction interdite, même partielle, sans autorisation écrite de l'auteur.

Comentários


bottom of page