Le mythe des revenants - ou quand les Jinn font croire aux fantômes

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


Le paranormal est l'un de mes sujets d'étude principaux.


Et, qu'elles fascinent ou qu'elles fassent rire, les histoires de fantômes, d'apparitions, de poltergeist, ne laissent personne indifférent.


Cette passion exacerbée témoigne d'un impact émotionnel fort, qui caractérise tout ce qui touche au vaste pan de l'univers échappant à la connaissance humaine dans ce qu'elle a de cartésien.


Car l'homme ne supporte pas de ne pas savoir, de ne pas maîtriser - alors, pour exorciser son angoisse de l'inconnu, il rationalise tout, et tourne en dérision tout ce qui s'écarte de l'explication scientifique devenue religion.


Mais l'esprit humain, doté d'une connexion permanente avec l'absolu, garde néanmoins une dimension spirituelle irréductible, qui le fait naviguer entre foi, croyances et superstitions.


Et il est particulièrement frappant de constater que, dans l'inconscient collectif du monde occidental, le monde invisible est toujours systématiquement attaché à la mort :


Ainsi, on ne peut s'empêcher de voir des revenants dans les manifestations paranormales - des esprits de défunts en détresse qu'il s'agirait d'aider à "passer" de l'autre côté.


Mais d'où vient cet amalgame têtu entre la mort et le monde invisible ?


Qu'est-ce qui fonde ce mythe tenace, qui relève plus du fantasme et de la légende qu'autre chose ?


Tous les "enquêteurs" paranormaux, sur YouTube, y vont de leur interpellation aux défunts, ciblant des lieux ayant été le théâtre de morts violentes, où des esprits en suspension dans l'air attendraient sagement leur secours providentiel.


Et de leur demander d'interagir gentiment avec leurs appareils, comme si les entités étaient à leur disposition, tout en les rassurant sur leurs intentions pacifiques - comme si les plus effrayés étaient les "fantômes".


Il faut bien avouer que tout ça est un peu caricatural, et, au-delà de l'aspect folklorique, totalement arbitraire.


Car sur quoi repose cet amalgame coriace entre la mort et le monde invisible ? La peur de la première ? Sa méconnaissance - d'où cette association d'idée entre deux paradigmes mystérieux et inquiétants ?


La culture orientale (pour peu qu'on veuille bien la considérer sérieusement, se détachant deux minutes de la culture Casper et Ghostbusters) offre quant-à elle une vision qui, si elle ne s'exonère pas de la croyance, se fonde sur les textes religieux les plus "officiels" que sont le Coran et la Sunna.


Ainsi, le musulman maîtrisant bien le dogme islamique au delà des six piliers de la foi, croyant fermement au monde invisible, est convaincu que toute manifestation paranormale est le fait, non pas de fantômes, mais de Jinn (ou génies).


Les Jinn étant des êtres créés d'un feu sans fumée, invisibles à l'œil humain, ayant comme nous une vie sociale, vivant de préférence dans des lieux déserts et abandonnés.


À ne surtout pas confondre avec les Shayatines (pluriel de Shaytan = diable), lesquels désignent des êtres mauvais (qu'ils soient Jinn ou humains) œuvrant pour leur maître Ibliss (ou Satan) à la perdition de l'humanité : ainsi existe-t-il des Shayatines aussi bien chez les humains que chez les Jinn - lesquels s'allient souvent, d'ailleurs, par le biais de la sorcellerie (As-Sihr).


Les Jinn sont pure énergie, contrairement aux humains qui sont matière ; ils influent essentiellement sur le mental des humains, insufflant au nafs (ego) ses troubles et déviations les plus extrêmes, poussant à la folie par l'inspiration de waswas (idées obsessionnelles), ou à des actes pervers ou criminels - le but étant de détourner un maximum d'hommes du droit chemin, conformément au serment d'Ibliss - lui-même Jinn.


Dans le cas de manifestations paranormales, les Jinn, qui vivent infiniment plus longtemps que les humains, sont témoins de la vie de plusieurs générations d'entre eux, et peuvent aisément se faire passer pour des défunts dont ils connaissent les détails de l'existence - que ce soit par l'intermédiaire de spiritisme, ouija, pve, écriture automatique, apparitions, etc... - dans le but de tromper, égarer, aliéner.


Ce qui nous permet de supposer que, par ces artifices, les Jinn sont à l'origine de cette croyance des fantômes, qu'ils ont ancrée dans le crâne des humains.


Certains Jinn métamorphes peuvent également prendre l'apparence d'humains ou d'animaux, pour effrayer ou chasser les curieux de leurs lieux d'habitation.


Enfin, ils sont capables de prendre possession d'humains qu'ils contrôlent alors - et nous avons tous en tête des cas célèbres de possessions, popularisés par le folklore hollywoodien.


Quant-aux cas de poltergeist ou de hantises divers, ils sont là encore le fait de nos amis les Jinn, pour qui il est facile de faire claquer des portes, ou de propulser des objets à travers des pièces ; quant-aux voyants et autres médiums, consciemment ou inconsciemment, ils sont eux aussi assistés et "éclairés" par des Jinn.


La science islamique de l'occulte et de l' « exorcisme », qui concentre la connaissance humaine en la matière, s'appelle la Roqya - et je tiens ces informations de certains Shuyukh spécialisés, qui eux-mêmes tirent leur science du Coran et de la Sunna, mis en lumière et confirmés par leur propre expérience sur le terrain.


Ainsi, loin de l'image du bon génie de la lampe d'Aladdin, la science islamique offre une connaissance cohérente du monde invisible, à priori sans rapport aucun avec la mort, et explique clairement les manifestations paranormales auxquelles nous pouvons être confrontés au quotidien.


Le mythe des revenants - ou quand les Jinn font croire aux fantômes - Blog - Stéphane Abdallah ILTIS

(Soutenir mon travail.)

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout