Effacement

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


Le sentiment de la Présence d'ALLAH ﷻ occupe entièrement le croyant - à tel point qu'il est dans l'oubli de soi :


Cette Présence est tellement forte, tellement prenante, tellement prégnante, qu'il n'ose plus parler trop fort, qu'il marche sur la pointe des pieds, qu'il mesure le moindre de ses propos et le moindre de ses gestes - face même à la plus insignifiante des créatures.


Devant Elle (La Présence), il se fait tout petit, inexistant.


C'est à peine s'il ose respirer.


Car il devient impensable d'oser exprimer son humanité, son ego face à LUI.


Littéralement, on est anéanti.


Quiconque n'a pas réellement ressenti Sa Présence ne sait pas ce qu'est l'humilité - la vraie humilité, celle par laquelle on a presque honte d'exister, on voudrait passer inaperçu.


Car il est impensable pour le croyant de pouvoir manifester son altérité devant LUI - alors il n'existe plus que par LUI et en fonction de Sa Présence : chacune de ses manifestations ne se fait que selon Son Regard enveloppant.


Même s'alimenter devient déplacé en Sa Présence, alors on ne mange que le strict minimum sans jamais perdre de vue qu'Il observe, habité de cette gêne d'accomplir un acte aussi personnel devant LUI, et de devoir se détourner de Sa Contemplation exclusive ne serait-ce qu'un instant pour satisfaire ce besoin de l'ego.


Car la moindre des contingences, et même des nécessités humaines, devient distraction pour celui qu'Il occupe par Sa Présence.


Non par zèle, mais réellement par crainte révérencielle - celle qu'inspire le sentiment de Son Immensité tout en renvoyant à la conscience de sa propre insignifiance, de sa propre vacuité.


Car quand Il est là, quand s'impose Sa Présence, plus rien n'existe que LUI - même soi.


Alors, on s'éteint.


On s'efface.

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout