top of page

Comment l'esprit personnel devient l'indicateur de l'état spirituel

Dernière mise à jour : 25 sept. 2023

بسم الله الرحمن الرحيم


Chaque esprit de chaque homme (chaque esprit personnel) est une subdivision de La Lumière d'ALLAH ﷻ :


De Sa Lumière, ALLAH ﷻ a créé la lumière du Prophète ﷺ.


De la lumière du Prophète ﷺ, il a créé la lumière de chaque Prophète.


De la lumière de chaque Prophète, il a créé la lumière de chaque Saint.


Et de la lumière de chaque Saint, il a créé la lumière de chaque homme.


Ainsi chaque homme découle d'une lignée spirituelle : il descend d'un Saint, qui descend d'un Prophète, qui descend du Prophète Muhammad ﷺ, qui descend d'ALLAH ﷻ ; et c'est ce lignage, du Saint à Muhammad ﷺ en passant par le Prophète de référence, qui constitue dans sa globalité l'esprit muhammadien, qu'il convient de remonter pour revenir à ALLAH ﷻ.


Quand Il subdivise la lumière des Saints en esprits d'hommes, Il détache donc de la lumière de chacun de ces Saints un nombre déterminé d'esprits : à la base, ces esprits sont lumière (un esprit est lumière) et n'ont pas d'autre attache, à ce moment-là, qu'ALLAH ﷻ – que l'Esprit Divin Ruh via l'esprit muhammadien.


Pour chaque fragment de cette lumière à l'état relativement pur (la lumière de l'homme extraite de la lumière du Saint, bien que très pure, n'en est pas moins une altération de cette lumière, qui est déjà une altération de la lumière du Prophète de référence, elle-même altération de la lumière muhammadienne, elle-même altération de La Lumière Originelle), dont Il a déjà déterminé, en parallèle, l'intervention et l'apparition dans le monde matériel, Il détermine souverainement ce qui va lui être propre et caractériser son identité : son Proprium.


Il s'agit d'un package, qu'Il conserve d'abord par devers LUI et dans lequel se trouve, comme un film ou un jeu programmé, la vie de l'individu – avec son destin, son histoire personnelle, sa fortune, son sexe, sa condition, ses caractéristiques individuelles uniques..., lesquels correspondent à une séquence du monde matériel.


Quand le moment arrive, dans le bas monde, de la conception de l'embryon correspondant à cet esprit (car il y a une synchronicité parfaite entre la vie des esprits et le déroulement du monde matériel), ALLAH ﷻ laisse passer une quarantaine de jours, et c'est à ce moment qu'Il déclenche, dans l'esprit de l'individu, via le canal du Sirr, le jeu ou film de sa vie, en lui adjoignant les éléments bien connus du package que sont son sexe, sa condition (heureux ou malheureux), sa fortune (son Rizq), son destin (paradis ou enfer) – et bien d'autres éléments de son Proprium ; et c'est à ce moment que l'esprit commence à percevoir les sensations liées au corps et au monde matériel.


À ce moment initial, l'esprit personnel est encore pur, lumineux, divin selon la Fitra ; mais avec l'adjonction du corps (via les sensations induites par la vie matérielle), il n'est plus exclusivement lié à ALLAH ﷻ, et il est amené à répondre aux sollicitations du corps ; et il va naturellement, pour ce-faire, puiser à/de Sa Source d'Énergie Élémentaire (La Lumière de Ruh), par Laquelle il est animé et Qui lui procure sa vitalité ; mais comme Cette Lumière n'est pas destinée à servir les besoins triviaux du corps, la partie qui a été utilisée à cette fin va s'en détacher (car Ruh, pour rester Pur, se déleste des parties souillées) et former l'ego Nafs ; et au fur et à mesure que les besoins du corps croîtront, et que l'esprit personnel puisera à/de Ruh pour les satisfaire, Nafs grossira des parties de Ruh détachées au service du corps – car Nafs n'est pas autre chose que des fragments, des éléments de Ruh détachés au service des besoins du corps.


Et c'est à ce moment de la scission de Ruh, tout naturellement et simultanément, que l'esprit personnel va se positionner comme un curseur identitaire entre Ruh et Nafs, et commencer à osciller de l'un à l'autre, constamment tiraillé entre les besoins du corps, et l'appel (qui demeure !) de L'Origine – l'appel du retour à La Source de Lumière ; et c'est ce curseur de l'identité qui représentera désormais pleinement la créature dans sa singularité de Proprium, d'esprit personnel, et sera le témoin, l'indicateur de son orientation entre ses deux pôles désormais constitués – Ruh et Nafs : tant que l'esprit personnel était monopolaire et exclusivement tourné vers ALLAH ﷻ, sa vocation de curseur n'avait pas lieu d'être ; mais à partir du moment où Ruh s'est scindé en deux pôles, conformément à La Volonté d'ALLAH ﷻ (« Nous avons certes créé l'homme dans la forme la plus parfaite / Puis, nous l'avons ramené au niveau le plus bas » - Qur’an 95), cette vocation devait nécessairement s'éveiller ; et c'est bien elle qui caractérise et définit l'homme dans son identité créaturelle – comme une créature déterminée par son Proprium, sujette au libre arbitre et tiraillée entre le bien et le mal, entre Ruh et Nafs : comme un esprit (créé) écartelé entre ses deux pôles existentiels – L'Un Essentiel et Fondamental, et l'autre illusoire et éphémère.


Cette vocation de curseur identitaire est donc nécessairement incluse dans le package du Proprium introduit aux quarante jours de l'embryon, mais elle ne s'active et ne prend forme (par la mise en place effective du curseur sur l’échelle graduée entre Nafs et Ruh), par Permission d'ALLAH ﷻ, qu'au moment où Ruh se scinde sous l'effet des besoins du corps et où se forme donc Nafs : c'est là que le curseur à proprement parler entre en scène, se positionne entre Ruh et Nafs, et commence à osciller de l'un à l'autre, au gré de leurs attractions respectives : tantôt Nafs (le pôle d’attraction du corps) est le plus fort et attire le curseur du Proprium, tantôt c'est Ruh (le pôle d’attraction de L'Esprit Divin) qui domine et l'attire vers LUI ; et il arrive même qu'il se confonde avec Nafs, quand cette dernière domine totalement, et que le lien de l'esprit muhammadien qui le reliait à ALLAH ﷻ a fini par rompre (car ce lien, aussi terrible cela puisse être, peut se rompre) ; mais quand c'est Ruh qui prend définitivement le dessus, parce que Nafs est totalement réduite sous l'effet du travail de purification, il se désactive et disparaît complètement, car sa raison d'être (qui était d'osciller de l'un à l'autre et de marquer l'état d'esprit, le Maqam de l'individu) est désormais nulle et non avenue.


L'homme, c'est donc ça : cette volonté oscillante entre le bien et le mal, entre L'Esprit Divin et la chair, entre Akhira et Dunya, entre ALLAH ﷻ et soi-même (comme occurrence égotique)…


Et c’est ce qu’il a de propre, de personnel (son esprit personnel et tous ses attributs exclusifs, qu’on regroupe de façon générique sous l’appellation de Proprium) qui devient le témoin/l’indicateur, par sa position – fluctuante – sur l’échelle des degrés/des stations, de son état spirituel à un instant T ; et c’est le comportement de l’individu qui manifeste (et révèle), dans le monde matériel, ce positionnement ponctuel (ou permanent) – car il n’y a pas de degré spirituel sans manifestation ici-bas.



Tous droits réservés © Stéphane Abdallah ILTIS / Abu Al-Huda : toute reproduction interdite, même partielle, sans autorisation préalable de l'auteur.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page