Chasseurs de fantômes ou explorateurs de doutes ?

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


« Qui suis-je, où vais-je, dans quelle étagère... ? »

Ainsi pourrait se résumer le credo des "enquêteurs du paranormal" qui pullulent sur la toile et les réseaux sociaux.


Chasseurs de fantômes ou explorateurs de doutes ? - Blog - Stéphane Abdallah ILTIS

Car contrairement aux explorateurs arabes comme Ehab Qasmeyah, les "chasseurs de fantômes" du monde occidental (genre GussDx ou Jery - mais il y en a des tas d'autres) ne sont pas des croyants, mais des sceptiques qui trimballent avec eux leurs doutes envahissants dans chacune de leurs aventures.


Ce qui rend leur démarche plus que paradoxale : ils vont à la recherche de phénomènes du monde invisible, mais leurs esprits fermés les pousse systématiquement à tout rejeter, sous couvert de raison et de logique.

En d'autres termes, ils font un pas en avant, deux pas en arrière, et reviennent avec plus d'interrogations à l'arrivée qu'au départ - car leurs cœurs sont voilés.

Le plus comique, c'est qu'ils sont tellement à l'ouest qu'ils passent leur temps à interpréter le moindre truc, et à se demander pendant des heures si c'est du lard ou du cochon - ce qui ne les empêche pas de s'accrocher mordicus à ce vieux mythe persistant selon lequel le monde invisible serait lié à la mort, et selon lequel les entités seraient des défunts en errance qui attendraient désespérément le secours libérateur de quelque âme charitable qui voudrait bien prier pour les délivrer de leur triste état de fantôme (sniff...).

Pour un croyant éveillé au monde invisible, en revanche, pas de place à ces interrogations existentielles : un Jinn est un Jinn, et il reconnaîtra immédiatement l'un d'entre eux à la première manifestation.

D'ailleurs ces derniers, qui savent aussi à qui ils ont affaire, ne s'y trompent pas, et c'est sans le moindre détour qu'ils se manifestent : sachant que le mec en face est au parfum, pas la peine de s'embarrasser de faux-semblants.

Ce qui donne des manifestations bien plus spectaculaires et violentes : alors qu'on peut s'amuser à impressionner un non croyant avec une simple brume ou un lointain PVE (ce qui à chaud le fera détaler comme un lapin, avec en perspective des heures de masturbation intellectuelle), il faut carrément sortir le grand jeu pour repousser le croyant affranchi, qui n'en est plus à se demander si telle ombre noire ou tel son bizarre sont d'origine paranormale, ou s'il s'agit de paréidolie.

Ainsi, en présence d'explorateurs avertis, le Jinn prend-il forme humaine ou animale sans la moindre hésitation, ou interagit-il avec l'environnement en de décoiffants poltergeists - quand il n'agresse pas tout simplement l'explorateur : de fait, à la fin d'une aventure particulièrement angoissante, cet explorateur se découvre des stigmates :



Mais le croyant arrive avec ALLAH dans le cœur, ce qui lui donne définitivement l'avantage : dans une exploration tendue, au cours de laquelle un Jinn le séquestrait, Ehab à pu faire fléchir ce dernier et se tirer d'affaire par une récitation coranique :



Car comme dit mon Shaykh, seule la Lumière d'ALLAH permet de dissiper les ténèbres.


Quant-à ceux dont les cœurs sont voilés, ils doivent d'abord percer les ténèbres du doute, avant même que de chasser celles des Shayatines parmi les Jinns.


Qu'ALLAH les éclaire.


(Soutenir mon travail.)

52 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout