top of page

As-Sirr : sens global et sens particulier

Dernière mise à jour : 11 avr. 2021

بسم الله الرحمن الرحيم


As-Sirr, dans la science du Tasawwuf, c'est la notion qui sert à désigner, sous ce vocable précis, cette expérience exclusive et indicible de la Connaissance d'ALLAH ﷻ par un Serviteur.


Mais il existe un sens plus global, plus large, qui correspond à ce que recèle tout homme, dans son cœur, de bon ou mauvais, et qui ne transparaît pas dans le monde visible – mais que connaît parfaitement ALLAH ﷻ.


Car Il connaît toutes nos pensées, même les plus secrètes – même celles en opposition avec nos paroles :


وَإِن تَجْهَرْ بِٱلْقَوْلِ فَإِنَّهُۥ يَعْلَمُ ٱلسِّرَّ وَأَخْفَى
Et si tu élèves la voix, Il connaît certes les secrets, même les plus cachés. (Qur'an 20:7)

C'est que, par le Ruh qu'Il nous a insufflé – par Cette Présence en nous de LUI – , Il sait mieux que nous-mêmes ce que nous pensons et divulguons :


Il EST en nous ! – certes Plus Proche de nous que nos propres jugulaires :


وَلَقَدْ خَلَقْنَا ٱلْإِنسَٰنَ وَنَعْلَمُ مَا تُوَسْوِسُ بِهِۦ نَفْسُهُۥ ۖ وَنَحْنُ أَقْرَبُ إِلَيْهِ مِنْ حَبْلِ ٱلْوَرِيدِ
Nous avons effectivement créé l'homme et Nous savons ce que son âme lui suggère et Nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire (Qur'an 50:16)

Ainsi, rien ne lui échappe, même pas les hawajis (inspirations égotiques) de nos anfus.


Cela permet donc un lien direct avec LUI – mais comme nous sommes impurs, à cause de l'ego et des péchés, Il Se Voile :


وَٱعْلَمُوٓا۟ أَنَّ ٱللَّهَ يَحُولُ بَيْنَ ٱلْمَرْءِ وَقَلْبِهِۦ
et sachez qu'Allah s'interpose entre l'homme et son coeur (Qur'an 8:24)

Et, le plus souvent, Il préfère communiquer avec nous par des intermédiaires (anges, prophètes, Awliya...).


Toujours est-il que ce canal est bien existant en chacun de nous.


Et non seulement c'est par lui qu'ALLAH ﷻ sait tout de nous, que rien ne peut LUI échapper – à commencer par nos turpitudes – , mais encore, c'est par ce biais que nous pouvons nous adresser directement à LUI et L'invoquer, et que nos demandes peuvent LUI parvenir directement – surtout dans le dernier tiers de la nuit où Il affleure à la surface de nos cœurs.


Et c'est aussi par ce biais que notre Dhikr LUI parvient (d'où l'importance du Dhikr).


Et c'est également par cette voie qu'Il inspire, à ceux de Ses Serviteurs qu'Il choisit selon Ses Critères (ça peut être n'importe qui, n'importe quand – mécréant ou musulman, hypocrite ou véridique...) les khawatir haqq (inspirations divines).


Mais l'immédiateté du lien dépend tout de même de l'importance des voiles entre nous et LUI, laquelle dépend encore de Son Bon Vouloir : ainsi peut-Il opposer un filtre à certaines de nos demandes, qui passeront par toute une armée d'anges et seront parfois retenues (provisoirement ou indéfiniment), dans leur ascension, à certains degrés célestes ; tout comme Il peut décider de s'emparer directement de l'une d'entre elles, qui retient particulièrement Son Attention, sans avoir le moindre compte à rendre à qui que ce soit (c'est notamment par ce canal que les invocations des opprimés LUI arrivent directement).


Ainsi fonctionne ce lien direct à ALLAH ﷻ, cette connexion native qui porte et constitue le Sirr – savoir : toute la réalité cachée et secrète du cœur du Serviteur :

  • Tout ce qui ne transparaît pas du cœur du Serviteur dans le monde visible ;

  • Tout ce qui est constitutif de la relation entre ALLAH ﷻ et Son Serviteur – que ce soit dans un sens, ou l'autre, ou les deux à la fois.


Sirr désignant aussi bien, par métonymie, toute cette réalité cachée, que le canal par quoi elle transite.


Et le lien entre ce sens global du Sirr, et celui très particulier que lui donne la science du Tasawwuf, c'est justement ce canal qui nous relie directement à LUI – mais plus ou moins ouvert en direction ascendante, selon l'état de voilement du Serviteur :


Ainsi, si le Serviteur est voilé, ALLAH ﷻ a bien un accès direct à son cœur (ainsi connaît-Il tous ses secrets), mais la réciproque n'est pas vraie : le serviteur ne peut pas accéder aux maqâmat de proximité (Qurb) et de connaissance (Ma'rifa) qui le mettront dans Sa Présence et Son intimité.


Si en revanche le Serviteur est dévoilé, ALLAH ﷻ libère totalement le canal entre LUI et Son Serviteur, permettant à ce dernier de Le contempler (conformément au hadith rapporté par Tirmidhi d'après Mu'adh Ibn Jabal) "dans la plus parfaite des formes" – et c'est bien là l'expérience exclusive et indicible de la Connaissance d'ALLAH ﷻ par un Serviteur, telle que l'entendent les gens du Tasawwuf. (Indicible parce que, si Sayyidina Muhammad ﷺ, dans le hadith, exprime bien le fait d'avoir vu ALLAH ﷻ, il ne peut décrire la nature de cette vision, résumée ici par le terme de "forme" parce qu'il faut bien poser un mot, mais qu'aucun vocable ou expression ne saurait réellement qualifier ; d'autant qu'il est parfaitement admis qu'ALLAH ﷻ ne saurait se résumer à une forme, ou à une image – et on mesure ici, en atteignant les limites du langage face à LUI, tout le caractère d'inaccessibilité d'Al-Mutakabbir, si ce n'est par l'expérience intime et indescriptible du Sirr.)

 
 

Tous droits réservés © Stéphane Abdallah ILTIS / Abu Al-Huda : toute reproduction interdite, même partielle, sans autorisation écrite de l'auteur.

Posts récents

Voir tout

As-Sirr

Comments


bottom of page