Sur le libertinage et la fornication

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


Le désir sexuel COMME FIN EN SOI, et le plaisir qui en découle, ne sont jamais que l'adoration d'un corps et d'un état (la jouissance) parfaitement éphémères.

Car l'état de jouissance ne dure que quelques secondes, et le corps n'est jamais que de la matière dégradable et putrescible.


Du Shirk.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout