top of page

Les états spirituels : diaboliques ou divins ?

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


On parle beaucoup du Fana, mais qui a déjà réalisé le Ghayba ?


Être tellement absorbé par son échange avec Le Créateur qu'on ne perçoit plus la création autour de soi - à commencer par sa propre personne.


Être totalement anéanti, annihilé en tant qu'individualité.


Subjugué.


Et pourtant cet état n'a rien d'extraordinaire : on le rencontre régulièrement chez des profanes (toutes proportions gardées) qui se retrouvent tellement absorbés par quelque-chose (une préoccupation, une pensée...), qu'ils sont dans un état de saisissement tel qu'ils ne calculent plus rien ni personne autour d'eux - et ce pendant de longues secondes.


Mais comme tout état, cet état ne doit pas être recherché, devenir une fin en soi ou un objectif.


L'Objectif reste ALLAH ﷻ, et les états ne sont que des corollaires - voire des accidents, bons ou mauvais (car il en est de bien mauvais comme nous le verrons).


On cherche ALLAH ﷻ pour ALLAH ﷻ, pas pour les états que peut procurer Sa Présence.


Quant-au véritable indicateur d'un bon cheminement, ce n'est pas la multiplication des états (extinction ponctuelle, vision de lumières, effusion de larmes...), mais l'amélioration progressive et durable du comportement auprès des proches.


Ainsi peut-on voir, ça et là sur les réseaux sociaux, des disciples de certaines voies qui témoignent très vite et très tôt d'états extraordinaires (ce qui déjà en soi est une faute, car si certains états sont vraiment des dons d'ALLAH ﷻ, l'Adab exige qu'ils restent intimes et confidentiels sous peine de s'en voir définitivement privé par la suite) ; mais qui paradoxalement, dans leurs témoignages mêmes, ne font pas preuve, loin s'en faut, du meilleur comportement (manque d'humilité, dénigrement en termes peu délicats de ceux qui mettent en doute le bien-fondé de leur témoignage...).


Aussi convient-il (et c'est la marque d'un Murîd avisé), de garder la tête froide quant-à ses états, et surtout de n'en parler à personne d'autre qu'à son Shaykh, qui saura faire la part des choses et trier le bon grain de l'ivraie.


Car non seulement de tels étalages peuvent-ils être source de Fitna - et ceci au sein même de la Tariqa de ceux qui s'y adonnent (jalousie des frères, suspicion de mensonge...) ; mais encore les états vécus peuvent-ils être d'origine diabolique - auquel cas il n'y a vraiment pas de quoi s'en vanter, ne serait-ce que pour éviter d'offrir un tremplin à Shaytan en se faisant le relais de sa ruse.


Seul le Murshid étant en mesure, dans de telles situations, d'indiquer au Murîd la marche à suivre afin que ce dernier ne soit pas impacté durablement par cet épisode - et surtout qu'il ne se fourvoie pas en profondeur dans une voie de traverse, d'où il peut être délicat de revenir si l'on n'est pas dûment accompagné.


Qu'ALLAH ﷻ nous protège et préserve des états diaboliques, et qu'Il nous donne la pudeur, l'humilité et la retenue sur Ses Propres Dons Spirituels.

38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page