Le Dhikr : une anesthésie générale...

Dernière mise à jour : 13 avr. 2021

بسم الله الرحمن الرحيم


Au début du Dhikr, ton corps va te gêner : tu vas te sentir mal, ça va te gratter un peu partout, tu vas éprouver des douleurs à droite à gauche...


C'est ta prison de chair (ta terre) qui se manifeste car elle ne veut pas que tu lui échappes.


Puis, au fur et à mesure que ton esprit va s'élever, rejoindre les premiers ciels, tu vas finir par ne plus sentir ton corps : ton métabolisme va peu à peu s'arrêter, et tu seras comme anesthésié - littéralement : on pourra te couper un membre, tu ne ressentiras rien - et cet état est attesté par la Sunna des Sahaba.


Tu ne sentiras plus que le battement de ton cœur, qui est le signe de La Présence Divine en toi - et tu comprendras que la vraie vie n'est pas matérielle mais spirituelle : que le battement de ton cœur n'est pas d'ordre physiologique, mais Lumière ; que ce qui meut le muscle cardiaque est en réalité Une Énergie Exogène (par Sa Source) - et quelle Énergie !


C'est rien moins que La Lumière Divine, adaptée en lumière muhammadienne pour épouser la matière - car La Lumière Divine à l'état pur, aucune créature ne saurait La soutenir : le voltage est bien trop élevé.


Le but, dans l'absolu, est d'atteindre la permanence (Baqa) de cet état d'effacement corporel : de ne plus ressentir que cette énergie d'essence divine.


Mais l'atteindre dans le Dhikr, c'est déjà énorme !


Outre le battement de ton cœur, tu percevras également des choses (si ALLAH ﷻ le veut) relevant non pas du monde matériel mais du monde spirituel.


C'est tout le mal qu'on te souhaite.


Mais tu dois être sincère, et indéfectiblement lié à l'esprit de ton Shaykh qui ton est ton canal de passage.


OBTENIR CET ARTICLE EN FORMAT PDF


Tous droits réservés © Stéphane Abdallah ILTIS / Abu Al-Huda : toute reproduction interdite, même partielle, sans autorisation écrite de l'auteur.

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout