top of page

La poésie, cet affluent de la foi

Dernière mise à jour : 26 août 2019

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


Du temps de mes anciennes notes sur la poésie (que je suis en train de retranscrire en vue de l'édition), alors que la foi ne m'avait pas encore été donnée, je cherchais l'absolu (donc ALLAH, sans le savoir) aux confins de ma subjectivité vide de Sens.


De ce vide, de ce néant, devait jaillir, comme une fulgurance (je l'espérais), sous l'effet du travail de composition poétique, une intuition de l'Être ; le travail de composition agissant comme déclencheur, un peu comme le frottement de deux pierres l'une contre l'autre produit une étincelle (j'appelle l'adéquation, cette correspondance recherchée entre le tâtonnement poétique et l'éveil de l'intuition).


En ce temps-là, je me souviens parfaitement du sentiment de vacuité qui m'habitait, de déréliction.


De ténèbres.


Depuis la foi m'est venue, mais la quête d'ALLAH demeure, bien déterminée cette fois : je sais désormais que l'Être convoité, c'est LUI.


Et c'est bien la foi qui, agissant comme révélateur, a parfaitement défini le sens de cette quête spirituelle, en traçant les contours et la direction.


La foi agit donc comme une lumière qui éclaire mes ténèbres et m'indique le But.


Et ma démarche poétique, qui désormais n'est plus ma seule voie vers LUI, se trouve elle-même éclairée et balisée par cette lumière.


C'est que la voie poétique, comme une rivière, est venue se jeter dans ce fleuve (lequel mène directement à l'Océan) qu'est la voie de la foi - voie principale et ultime vers ALLAH s'il en est.


D'autres que moi ont atteint le fleuve de la foi par des rivières différentes : ainsi, par exemple, c'est par la voie scientifique que le Dr Maurice Bucaille s'y est jeté.

La voie poétique, à laquelle je n'ai jamais renoncé, s'inscrit donc désormais dans la voie de la foi, vers laquelle elle a conflué et qui lui a assigné sa direction, cependant qu'elle l'enrichit de ses moyens et de ses couleurs.


Au début, donc, le poète cherchait ALLAH, sans le savoir, à tâtons dans les ténèbres, angoissé et désespéré ; aujourd'hui, il Le cherche sur la voie bien balisée et éclairée de l'Islam, avec pour flambeau sa foi, pour guide son maître spirituel en la personne de son Shaykh, et pour dynamique le Dhikr, qui représente son pas vers ALLAH.


Et avec pour matériau, toujours le verbe, et pour outils, la syntaxe et la prosodie.


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page