À la Cour du Roi

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


Imagine que tu es un enfant, et que ton père est un noble de la Cour du Roi, parmi Ses plus proches courtisans.

Un jour, ton père te propose d'aller rendre visite au Roi dans Ses appartements.

Toi, tu es intimidé et tu perds tes moyens, alors tu te reposes entièrement sur ton père, en serrant sa main très fort.

Dans la chambre du Roi, tu ne vois rien car ton regard y est frappé de cécité, voilé.

Tu n'y vois plus que le visage de ton père qui te contemple.

Celui-ci t'invite à t'asseoir et à ne plus bouger, et à appeler le Roi par Son Nom.

Le Roi est là mais tu ne le vois toujours pas ; seul ton père Le voit - car son regard est autorisé à sa vision : il porte la Lumière nécessaire à cette contemplation.

Parfois, quand tu es bien concentré, tu sens tout de même la Présence du Roi : il te semble L'entendre respirer, bouger, sentir Sa chaleur, Son énergie.

Mais parfois tu es distrait et tu penses à tes occupations du dehors.

Alors tu te tournes vers le visage lumineux de ton père, qui, d'un geste de la tête, t'invite à regarder dans la direction du Roi.

Et chaque fois que tu te tournes vers ton père, tes yeux s'imprègnent de sa Lumière.

Alors tes pupilles, s'emplissant peu à peu de cette Lumière, se dilatent au point que le visage de ton père ne t'apparaît plus que lumineux, tous traits effacés :

Tu comprends alors que ce qui t'apparaissait sous les traits de ton père n'est que pure Lumière, et que cette Lumière est celle du héraut du Roi, qu'il avait confiée à ce corps pour te la transmettre.

Et quand tu portes à nouveau en direction du Roi ton regard, à présent chargé de cette Lumière, tu finis par Le distinguer.

Car ton regard projette désormais cette Lumière, assez vive maintenant pour rayonner et éclairer autour de toi.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout