top of page

Convertis : cessons de jouer aux arabes !

Dernière mise à jour : 13 avr. 2021

بسم الله الرحمن الرحيم


Un des plus grands voiles posés sur l'Islam dans le monde dit "occidental", de culture helléno-chrétienne, est le racisme et la xénophobie.


Car ce qui empêche un grand nombre d'occidentaux de considérer l'Islam dans sa dimension strictement spirituelle et intemporelle, c'est l'arabité de ses origines qui lui colle à la peau.


Et même nous autres, européens convertis, sombrons inévitablement dans ce vieux cliché, alimentant allègrement la chose – car nous ne pouvons pas nous empêcher de nous arabiser.


Comme si nous voulions compenser par-là, par une espèce de phénomène d'hypercorrection, notre retard en la matière : certes, nous ne parlons pas arabe, alors nous nous déguisons en arabes pour faire illusion – quitte à parfois forcer un peu le trait et à en faire des tonnes.


Or, il convient de sortir l'Islam de ce ghetto culturel où il s'est enferré, si on veut accélérer sa propagation dans nos pays soi-disant "civilisés".


Pour aller au contact des populations "de souche", faisons en sorte que les gens puissent être en terrain familier : nous n'imaginons pas à quel point un qamis ou une shashia peuvent indisposer, effaroucher, et mettre mal à l'aise des français moyens, issus des classes ouvrières et populaires – et je parle en connaissance de cause puisque je suis fils d'ouvriers français de souche.


Moi-même, plus jeune, je faisais cette inévitable confusion "musulman = bougnoule" – et je ne parle pas d'amalgame mais bien de confusion : et mon hostilité envers les arabo-maghrébins, que je ne connaissais pas, faisait pour moi de l'Islam (que je voyais comme LEUR religion) quelque-chose d'absolument rédhibitoire.


Ainsi, pour moi les musulmans étaient tous des arabes, tout comme les arabes étaient forcément musulmans – et ça s'arrêtait là.


Et force est de constater que l'arabité de l'Islam n'est pas qu'un fantasme – et la responsabilité en revient en premier lieu à nous autres, européens convertis, qui avons tendance à tourner le dos à nos origines pour nous tourner vers la culture arabo-maghrébine (au point de sombrer parfois dans la caricature), fermant ainsi une porte monumentale en matière de Da'wa.


Car le Da'wa bien compris implique de se fondre dans la population locale, afin de lui démontrer que l'Islam est compatible avec sa culture – et je ne parle pas là de loi religieuse, intransgressible quant-à elle : ainsi peut-on parfaitement aller chez ses parents non-musulmans en jean-baskets, tout en se dispensant de boire de l'alcool – et c'est tout de même préférable que de couper les liens pour privilégier la "tenue intégrale", qui va nécessairement heurter nos aînés un peu vieille France pour la plupart.


Même les filles peuvent faire l'effort de retirer le voile juste avant d'arriver chez leurs parents, afin non seulement de ne pas les choquer, mais encore de ne pas leur faire de peine – car l'incompréhension est souvent source de déception et de tristesse.


Et surtout, satisfaire ses parents (musulmans ou pas) est mille fois plus importants aux yeux d'ALLAH ﷻ que de s'entêter (souvent par orgueil) à adopter une tenue dont on sait pertinemment que la vue sur nous va les blesser.


Ainsi, soyons patients, et privilégions surtout le bon comportement et la bienveillance envers nos proches et surtout nos parents, comme nous l'ordonne ALLAH ﷻ :


وَقَضَىٰ رَبُّكَ أَلَّا تَعْبُدُوٓا۟ إِلَّآ إِيَّاهُ وَبِٱلْوَٰلِدَيْنِ إِحْسَٰنًا ۚ إِمَّا يَبْلُغَنَّ عِندَكَ ٱلْكِبَرَ أَحَدُهُمَآ أَوْ كِلَاهُمَا فَلَا تَقُل لَّهُمَآ أُفٍّ وَلَا تَنْهَرْهُمَا وَقُل لَّهُمَا قَوْلًا كَرِيمًا
Et ton Seigneur a décrété : « N'adorez que LUI ; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l'un d'eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leur dis point : "Fi !" et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses ;
وَٱخْفِضْ لَهُمَا جَنَاحَ ٱلذُّلِّ مِنَ ٱلرَّحْمَةِ وَقُل رَّبِّ ٱرْحَمْهُمَا كَمَا رَبَّيَانِى صَغِيرًا
et par miséricorde, abaisse pour eux l'aile de l'humilité, et dis : "Ô mon Seigneur, fais-leur, à tous deux, miséricorde comme ils m'ont élevé tout petit" ». (Qur'an 17:23-24)

Alors, petit-à-petit, nous parviendrons à rassurer nos proches sur cette religion qui leur fait tant peur, et dont on dit tant de mal au journal télévisé.


Adoucissant ainsi leurs cœurs et les préparant progressivement, par l'amour qu'on leur donne, à y recevoir la lumière de Sayyidina Muhammad ﷺ.

 
 

Tous droits réservés © Stéphane Abdallah ILTIS / Abu Al-Huda : toute reproduction interdite, même partielle, sans autorisation écrite de l'auteur.

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page