Pécher pour se rapprocher d'ALLAH ﷻ ?

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


ALLAH ﷻ est au plus profond des cœurs.


Et on est en Sa Présence quand Il est remonté du fond du cœur jusqu'à déborder de l'être, se substituant aux sens :


C'est ainsi qu'Il est L'Œil avec Lequel on voit, La Main avec Laquelle on saisit, Le Pied avec Lequel on avance..., comme Il le dit dans le hadith Qudsi :


Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de Moi par les actes surérogatoires jusqu’à ce que Je l’aime. Une fois que Je l’ai aimé, Je deviens son ouïe avec laquelle il entend, sa vue avec laquelle il voit, sa main avec laquelle il combat et son pied avec lequel il marche.

Mais avant de permettre à l'homme d'en arriver à ce Maqam, ALLAH ﷻ s'interpose entre lui et son cœur - car Il ne se dévoile pas comme ça, et l'accession à Sa Présence requiert certaines conditions, certains efforts du serviteur, comme Il l'indique dans le verset 24 de Surat Al-Anfal :


يَٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوا۟ ٱسْتَجِيبُوا۟ لِلَّهِ وَلِلرَّسُولِ إِذَا دَعَاكُمْ لِمَا يُحْيِيكُمْ ۖ وَٱعْلَمُوٓا۟ أَنَّ ٱللَّهَ يَحُولُ بَيْنَ ٱلْمَرْءِ وَقَلْبِهِۦ وَأَنَّهُۥٓ إِلَيْهِ تُحْشَرُونَ
Ô vous qui croyez ! Répondez à ALLAH ﷻ et au Messager ﷺ lorsqu'il vous appelle à ce qui vous donne la (vraie) vie, et sachez qu'ALLAH ﷻ s'interpose entre l'homme et son coeur, et que c'est vers LUI que vous serez rassemblés.

Ainsi Il pose des voiles empêchant de ressentir Sa Présence ; des voiles ouvrant, à priori, la porte du châtiment, comme Il l'indique dans le verset 7 de Surat Al-Baqara :


خَتَمَ ٱللَّهُ عَلَىٰ قُلُوبِهِمْ وَعَلَىٰ سَمْعِهِمْ ۖ وَعَلَىٰٓ أَبْصَٰرِهِمْ غِشَٰوَةٌ ۖ وَلَهُمْ عَذَابٌ عَظِيمٌ
ALLAH ﷻ a scellé leurs cœurs et leurs oreilles ; et un voile épais leur couvre la vue ; et pour eux il y aura un grand châtiment.

ALLAH ﷻ parle ici des mécréants :


Ceux parmi les hommes qui ne font pas l'effort pour lever les voiles qu'ALLAH ﷻ interpose entre LUI et leurs cœurs.


Et le premier de ces voiles qu'il pose, c'est le péché, et l'inclination préalable au péché.


Car l'inclination au péché vient bien d'ALLAH ﷻ.


Et à ce titre, le péché est une Grâce porteuse d'un bien immense.


Car le péché est la nécessaire condition du repentir purificateur.


Il en est le préalable.


D'ailleurs, ALLAH ﷻ revendique bien l'immoralité de l'âme humaine comme telle (comme la condition préalable au repentir) :


Ainsi, dans le verset 8 de Surat Ash-Shams (qu'on récite dans Salât Ad-Duha qui est la prière du repentir), l'immoralité précède la piété :


فَأَلْهَمَهَا فُجُورَهَا وَتَقْوَىٰهَا
Lui a alors inspiré son immoralité, de même que sa piété.

ALLAH ﷻ mentionne d'abord l'immoralité, puis la piété.


Dans cet ordre.


Et ici, la piété, c'est ce qui va engendrer la demande de pardon et le repentir purificateur, comme indiqué au verset suivant :


قَدْ أَفْلَحَ مَن زَكَّىٰهَا
A réussi, certes, celui qui la purifie.

Comprendre : celui qui purifie son âme après le péché.


Et comment la purifier autrement que par le repentir sincère et l'Istighfar ?


Inversement, celui qui n'est pas dans le repentir la corrompt, comme indiqué au verset 10 :


وَقَدْ خَابَ مَن دَسَّىٰهَا
Et est perdu, certes, celui qui la corrompt.

Comprendre : celui qui la corrompt en négligeant l'acte de repentir purificateur.


Par omission.


ALLAH ﷻ nous a donc créés immoraux et pécheurs, pour nous incliner au repentir et à la purification.


Il a savamment dosé notre âme, y instillant l'inclination au vice d'une part (l'immoralité), et l'inclination au repentir d'autre part (la piété), comme indiqué aux versets 7 et 8 :


وَنَفْسٍ وَمَا سَوَّىٰهَا
فَأَلْهَمَهَا فُجُورَهَا وَتَقْوَىٰهَا
Et par l'âme et Celui qui l'a harmonieusement façonnée
Lui a alors inspiré son immoralité, de même que sa piété.

Car la piété, c'est bien avant toute chose cette humilité qui pousse à reconnaître sa faiblesse et son imperfection.


À reconnaître et assumer sa faute (à l'instar de Sayyidina Adam عليه السلام lors du péché "originel"), sans la rejeter sur autrui - voire sur ALLAH ﷻ (à l'instar d'Iblis).


Et, partant, à implorer le pardon.


Et donc à se repentir.


Car le repentir sincère est purificateur.


Et l'acte de repentir est infiniment plus purificateur que le péché est corrupteur.


Ainsi, le péché entraîne sur le cœur une souillure, qui se rajoute aux autres souillures engendrées par les autres péchés.


Mais le repentir entraîne une action purificatrice qui va nettoyer plus, et plus profondément que la souillure engendrée par le seul péché qui l'a motivé.


Ainsi, un péché commis va susciter un repentir qui va nettoyer deux, ou trois, ou cent autres péchés :


Telle est la vertu de l'Istighfar.


Mais si le péché n'appelle aucun repentir, ou un repentir imparfait, dépourvu de sincérité, ce sera une souillure de plus sur les autres.


Souillure sur souillures.


C'est ainsi que s'accumulent sur nos cœurs les souillures des péchés :


Par défaut de repentir sincère.


Ainsi, pécher est une Grâce d'ALLAH ﷻ - à la condition expresse que le péché entraîne un repentir sincère.


Et si le péché initial est bien une Grâce, l'omission du repentir, elle, est un péché secondaire du fait de l'ego, qui vient définitivement sceller le péché initial et le graver dans le marbre du livre des actes :


C'est péché sur péché, noirceur sur noirceur, souillure sur souillure.


Alors que le péché suivi du repentir sincère, c'est lumière sur noirceur, la première venant dissoudre la seconde.


Et c'est tout bénéfice.


Exemple : je vole une pièce.


Soit je me repens sincèrement, et ne restera de cette action que la lumière du repentir.


Soit je maintiens ma position (par orgueil ou cynisme, ou en vertu d'une quelconque excuse visant à justifier mon geste, ou par mauvaise foi visant à en rejeter la responsabilité, ou par négligence), et ne restera de cette action qu'un double péché cumulé : celui du péché initial auquel se rajoute le déni de ma faute.


Le péché, pourvu qu'il soit la cause du repentir, est donc un moyen privilégié de se purifier et de se rapprocher d'ALLAH ﷻ :


Le Prophète ﷺ a dit :


Tous les fils d'Adam font des erreurs mais le meilleur d'entre eux est celui qui se repent.

Il n'a pas dit : "le moins mauvais", il a bien dit : "le meilleur d'entre eux".


Le repentir est donc gage de perfection.


Et il n'y a pas de repentir sans péché.


Le Prophète ﷺ a dit également - rapporté par Muslim (2748) et Tirmidhi (3533) :


Par Celui qui tient mon âme entre ses mains ! Si vous ne commettiez pas de péchés, ALLAH ﷻ vous ferait disparaître, et vous remplacerait par d'autres peuples qui pèchent puis lui demandent pardon, pour ensuite leur pardonner.

Pécher n'est donc pas grave.


Omettre de se repentir, en revanche, est une porte grand-ouverte sur l'enfer.


Qu'ALLAH ﷻ nous inspire un Istighfar abondant et permanent.

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout