J'accuse !

Dernière mise à jour : 22 août 2019

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


J'accuse !

J'accuse le Système de mener une politique familiale d'isolement de l'individu (et donc de destruction de la famille), à des fins de contrôle, en recourant à un processus socio judiciaire procédant par emprise et recourant à la calomnie.

Sans intention de me plaindre, mais pour illustrer cette politique familiale en vigueur dans le pays, je vais rappeler mon histoire :

Je suis père de 5 enfants, âgés aujourd'hui de 12 à 19 ans.

Dans les années 2006-2007, ma future ex femme a fait l'objet de signalements de la part du voisinage et, sur fond de tensions dans le couple, nos enfants ont subi une série de mesures éducatives, jusqu'à être placés.

Ce fut leur premier placement.

À l'époque l'ASE m'avait désigné comme le parent fiable, et m'avait indiqué son intention de me faire récupérer les enfants.

Ne souhaitant pas priver une mère de ses enfants, j'avais décliné et m'étais rapproché de ma future ex femme ; faisant front commun, nous avons fini par récupérer les petits, ensemble, solidairement - pour le plus grand bonheur de la fratrie.

Mais en 2008, agent immobilier, j'ai subi la crise financière de plein fouet, et j'ai fait faillite.

Ma future ex femme, qui depuis des années menait une double vie avec l'assureur de la famille, a fait en sorte de me faire quitter le foyer (usant notamment de violence), et a demandé le divorce.

Désargenté, ruiné, je me suis retrouvé chez mes parents en Bretagne, à 1 000 km de mes enfants.

Le divorce est arrivé et, comme de nombreux pères candides, certain que tout se passerait bien par la suite, j'avais demandé que la résidence des enfants soit fixée chez la mère, et à bénéficier d'un droit de visite et d'hébergement élargi - dont acte.

Mais tout ne s'est pas bien passé : j'ai fini par éprouver des difficultés à voir les enfants, en raison des contraintes logistiques liées à l'éloignement d'une part, et de la mauvaise volonté croissante de la mère d'autre part.

Alors je me suis tourné vers les services sociaux, qui n'ont eu d'autre réponse que de saisir le juge des enfants, lequel a rendu un non lieu : je me suis donc retrouvé livré à moi-même, avec mes difficultés à maintenir le lien avec mes enfants.

En 2013, un mouvement spontané de pères en colère s'est levé et, n'ayant plus la moindre confiance dans les institutions, je m'y suis lancé à corps perdu, me faisant remarquer par mon activisme et ma virulence contre la justice.

Mon ex femme a saisi cette opportunité pour me faire subir un véritable acharnement judiciaire, afin de se débarrasser définitivement de moi :

En deux ans (2013 et 2014), elle a initié deux procédures au terme desquelles je me suis vu retirer tous mes droits parentaux, avec pour motif principal (entre autres) mon engagement militant pour les droits des pères !

En d'autres termes, la justice profitait de ces procédures intentées par mon ex pour régler ses comptes, et me punir d'avoir dénoncé sa partialité et sa politique de discrimination quasi systématique des pères.

Je pus remarquer, à cette occasion, que toutes les calomnies avancées par les mères étaient systématiquement retenues par la justice, de nombreux autres pères me confirmant avoir subi ce traitement :

Il ne s'agissait donc pas d'un traitement particulier, mais d'une véritable stratégie visant à éliminer les pères, à l'occasion des procédures post divorce qui interviennent systématiquement dans les cinq années suivant le divorce effectif.

Éliminant ainsi le père, on isole la mère avec les enfants, et celle-ci se trouve socialement vulnérable.

C'est là la première étape de l'emprise socio judiciaire.

Ensuite, les services sociaux, à l'affût de la moindre défaillance de la mère, resserrent peu à peu l'étau sur elle, et grâce à la complicité de la justice, finissent par légaliser leur mainmise sur les enfants.

On rappellera leur motivation financière, chaque mesure éducative donnant lieu à de faramineuses subventions (un placement génère de 6 à 8 000 € de subventions publiques à l'ASE par mois et par enfant placé).

L' «intérêt supérieur de l'enfant », qu'ils invoquent jusqu'à l'écœurement, n'est bien entendu qu'un prétexte hypocrite.

C'est globalement ce qu'il s'est passé dans mon cas :

Après avoir gracieusement fourni à la justice les arguments pour m'évincer (elle m'avait juste présenté comme une espèce de fou furieux, à côté duquel Mesrine passait pour un baba cool, pour avoir déployé trois banderoles sur des grues), mon ex femme se retrouvait seule aux prises avec les services sociaux, qui pouvaient désormais s'occuper de son cas afin de disposer pleinement de la manne financière que représentaient mes enfants.

Quant-à moi, vu l'étiquette de psychopathe dont je me trouvais artificiellement affublé par la magie des écritures judiciaires, j'étais définitivement hors jeu, décrédibilisé, tricard - out.

Et aucun des arguments que je pouvais présenter n'était pris en compte, quel qu'il soit : c'est ainsi qu'un compte rendu de visites médiatisées de 2015 (j'en étais réduit à des visites en lieu neutre, comme un taulard), qui me dépeignait littéralement comme le parent fiable, fut totalement occulté des procédures successives visant mes enfants.

Ainsi, mes enfants n'ont plus cessé d'être sous l'emprise socio judiciaire, depuis ces procédures JAF de 2013 et 2014 qui avaient servi à m'éliminer : à ce jour, à ma connaissance, ils sortent tout juste de placement en lieu neutre (avec tout ce que cela a pu impliquer de rentabilité pour l'ASE), pour se voir placés à domicile chez leur mère.


Étrangement, alors qu'elle venait de reconduire la mesure de placement en lieu neutre, la juge a rendu une ordonnance modificative pour la transformer en placement à domicile, aussitôt après que je lui aie notifié mon déménagement à l'autre bout de la France : en d'autres termes, il apparaît clairement que toute cette emprise et ces placements n'avaient d'autre finalité que de couper tout contact entre les enfants et moi, alors que depuis quelques mois je renouais avec eux des liens étroits.

Mais le pire, c'est que l'emprise se prolonge au-delà de la majorité : mon fils aîné, autiste, est pensionnaire d'un IME qui, à l'approche de sa majorité, avait saisi en catimini le juge des tutelles, afin de pérenniser la mainmise sur lui par la nomination d'un tuteur professionnel.

Devant la juge des tutelles, j'ai pu constater, à son comportement à mon égard, qu'on était dans la même logique de discrimination du père par diabolisation, et de mainmise socio judiciaire : car on ne lâche pas si facilement une proie.

Mon histoire est l'histoire banale d'un père sacrifié sur l'autel de l'emprise socio judiciaire.

Cette politique est certes motivée par l'enjeu financier, mais il ne s'agit en fait que d'un bonus.

Le véritable enjeu, politique, c'est en effet de briser les familles afin d'isoler les individus et de les rendre vulnérables, pour mieux les contrôler.


Et pour briser les familles, il convient de les décapiter en éliminant les pères.

Les consignes circulent dans ces officines du pouvoir occulte que sont les loges maçonniques, et sont appliquées par les petits soldats que sont les magistrats et les cadres des services sociaux.

Il s'agit d'un complot caractérisé contre le peuple, recouvrant une véritable entreprise d'ingénierie sociale ; et ils auront beau crier au complotisme, fidèles à leur vieille stratégie d'inversion accusatoire, les faits et les statistiques sont là, imparables.

Et tout cela porte en filigrane la signature d'Iblis.


Soutenir mon travail - Blog - Stéphane Abdallah ILTIS

67 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout