top of page

Faire triompher le Muhammad ﷺ en soi, à l'éclairage de Surat Al-'Alaq (intervention du 29 mars 2020)

Dernière mise à jour : 30 mars 2020

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ


كَلَّا لَا تُطِعْهُ وَٱسْجُدْ وَٱقْتَرِب
Non, ne lui obéis pas, et prosterne-toi !

C'est ainsi que se termine la Surat Al-'Alaq, 96ème de la vulgate coranique d'Uthman (رضي الله عنه), mais 1ère révélée.


Quel mode grammatical emploie ALLAH ﷻ dans ce verset ?


L'impératif.


Comme dans le premier :


ٱقْرَأْ
Lis !

L'impératif est le mode de l'ordre donné.


Donc, ALLAH ﷻ ordonne.


C'est péremptoire et sans appel.


Et à qui selon vous s'adresse cet ordre ?


À Sayyidina Muhammad ﷺ.


Comme dans la plupart des versets du Livre.


Et cela ne vous interpelle pas ?


Personne ne s'est jamais dit : "Ce Livre ne me concerne pas, c'est une conversation entre ALLAH ﷻ et Son Bien-aimé Sayyidina Muhammad ﷺ" ?


N'y a-t-il pas de quoi se sentir exclu, et frustré ?


Certes, de prime abord.


Mais quelque-chose, en nous, nous dit que ce n'est pas tout-à-fait ça.


Que si ALLAH ﷻ avait voulu faire de ce Livre une discussion confidentielle entre LUI et Son Messager ﷺ, Il n'aurait pas permis qu'il se propage à l'humanité entière.


Donc, il y a autre chose qu'un échange intime et intimiste entre Le Maître et Son serviteur - sinon, il s'agirait quasiment d'un complot (vu l'enjeu), et pas d'un message.


Or, chacun d'entre nous a l'intime conviction, la certitude - Al-Yaqîn - qu'il s'agit d'un message qui lui est destiné, à lui ainsi qu'à tous ses frères humains.


Nous reviendrons plus tard sur cette question de l'interlocuteur apparent et du destinataire.


Revenons pour l'instant à notre dernier verset de Surat Al-'Alaq :


كَلَّا لَا تُطِعْهُ
Non, ne lui obéis pas !

Qui est donc ce personnage à qui ALLAH ﷻ intime de ne pas obéir ?


Un tiers ?


En apparence, oui :


Nous avons tous en mémoire les épisodes dans lesquels les gens de Quraysh empêchaient les premiers musulmans d'adorer - et en particulier celui au cours duquel 'Uqba Ibn Abî Mu'ayt avait jeté sur le dos du Prophète ﷺ les entrailles d'une chamelle alors qu'il était en prosternation.


Ainsi, par la terreur et la provocation, les infidèles parmi les Quraysh faisaient-ils tout pour dissuader les musulmans d'adorer ALLAH ﷻ - et il était très tentant pour les plus faibles d'entre les croyants de se soumettre à cette menace permanente, à ce chantage par la peur.


Mais il y a toujours, dans le Coran, un sens apparent, et un sens caché - comme nous l'a enseigné notre Shaykh bien-aimé.


Ainsi, ce personnage :

  • qui devient rebelle (كَلَّآ إِنَّ ٱلْإِنسَٰنَ لَيَطْغَىٰٓ) ;

  • qui estime qu'il peut se suffire à lui-même (أَن رَّءَاهُ ٱسْتَغْنَىٰٓ) ;

  • qui interdit (أَرَءَيْتَ ٱلَّذِى يَنْهَىٰ) de célébrer la Salât (عَبْدًا إِذَا صَلَّىٰٓ) ;

  • qui dément et tourne le dos (أَرَءَيْتَ إِن كَذَّبَ وَتَوَلَّىٰٓ) ;

  • qui ignore que ALLAH ﷻ voit (أَلَمْ يَعْلَم بِأَنَّ ٱللَّهَ يَرَىٰ) ;

  • ce menteur et ce pécheur (نَاصِيَةٍۢ كَٰذِبَةٍ خَاطِئَةٍۢ) qu'ALLAH ﷻ menace de saisir par le toupet (كَلَّا لَئِن لَّمْ يَنتَهِ لَنَسْفَعًۢا بِٱلنَّاصِيَةِ) ;

  • et d'appeler contre lui les gardiens de l'enfer (سَنَدْعُ ٱلزَّبَانِيَةَ)...

C'est toi, c'est moi - c'est cette partie de nous-mêmes qui nous incite au mal.


C'est An-Nafs.


C'est l'ego.


Donc, ALLAH ﷻ nous intime ici l'ordre de ne pas obéir à notre ego, sous peine de finir en enfer.


Et Il nous ordonne, à la place, de nous prosterner, et de nous rapprocher :


وَٱسْجُدْ وَٱقْتَرِب
Et prosterne-toi, et rapproche-toi !

Rien dans la Parole d'ALLAH ﷻ n'est anodin.


Et s'Il nous ordonne de nous rapprocher, ET de nous prosterner (dans cet ordre précis, APRÈS avoir désobéi à notre ego, après lui avoir résisté et en avoir triomphé pour cette fois) - c'est que le rapprochement passe par la prosternation - le Sujud - qui est le moment clé de la Salât.


Celui où le Serviteur est censé être le plus proche de son Seigneur.


On pourrait croire que c'est purement symbolique, mais une leçon de Sidna Shaykh Rajab nous éclaire sur le sujet :



Il nous informe, dans cette leçon, que l'ego, c'est cette partie de l'Esprit divin - Ar-Ruh - qui, s'en détachant, est descendue du haut du cœur, vers le bas.


Ainsi, on peut concevoir que le fait de se prosterner, de se renverser, permet à cette partie corrompue - physiquement parlant, le temps que ça dure - de remonter vers sa Source saine, et de s'en rapprocher afin de s'y purifier ; d'où l'importance du Sujud, et du temps qu'on y passe, et de la concentration qu'on y met.


Car il y a bien en nous deux parties, comme le suggère toute la Surah ;


Une dualité qui tiraille notre libre arbitre entre le mal et ALLAH ﷻ :


La première partie, comme nous l'avons vu, c'est l'ego - qui nous incline au mal, au déni de la foi, à nous détourner de la bonne voie...


C'est celle à laquelle ALLAH ﷻ nous ordonne de ne pas obéir.


La seconde partie, c'est celle à laquelle ALLAH ﷻ nous ordonne d'incliner (à tous les sens du terme).


Celle qu'il a originellement greffée en nous par "adhérence" :


خَلَقَ ٱلْإِنسَٰنَ مِنْ عَلَقٍ
Qui a créé l'homme d'une adhérence.

Car ici aussi, la notion d'adhérence recouvre deux sens - un sens apparent et un sens caché.


Le sens apparent, c'est la dimension biologique de l'adhérence, de la fusion entre les deux cellules - mâle et femelle, spermatozoïde et ovule.


Le sens caché, c'est la dimension spirituelle, ésotérique et métaphysique de l'adhérence : l'insufflation par ALLAH ﷻ, à cette statue d'argile que nous sommes originellement, de Son Esprit.


Et il est temps de revenir à cette question de l'interlocuteur d'ALLAH ﷻ dans le Coran, et du destinataire du message coranique :


Car le message, il n'est pas exclusivement dédié à une personne au détriment de toutes les autres, mais à l'Esprit divin universel qui habite chacun d'entre nous, et qu'a incarné, à un moment déterminé, ce marchand Qurayshite de la Mecque, connu sous le nom de Abū al-Qāsim Muḥammad ibn ʿAbd Allāh ibn ʿAbd al-Muṭṭalib ibn Hāshim ﷺ, qui vécut sa vie durant, de 570 à 632, dans cette partie de la péninsule arabique qu'on nomme le Hijaz, à la seule fin de nous montrer, comme un miroir, l'image que nous devons renvoyer en application stricte du Coran.


Car Sayyidina Muhammad ﷺ, c'est bien cet Esprit divin qui sommeille au fond de nous tous, au fond de nos cœurs, enseveli sous la couche de nos péchés et de nos turpitudes.


Cet Esprit par Lequel Seul nous parvient la Lumière d'ALLAH ﷻ, et par Lequel Seul nous pouvons avoir la foi, et prier, et nous prosterner, et nous orienter vers LUI - et même, s'il jaillit hors de nous, orienter les autres vers LUI.


Oui, mes frères : l'Esprit de Sayyidina Muhammad ﷺ - Celui à l'aune Duquel fut créé l'Univers, qui lui préexista et sans lequel il ne pourrait exister - il est tapi au fond de vous tous, prêt à surgir, à rayonner, et à rappeler ALLAH ﷻ à l'humanité entière.


Cet Esprit, c'est Lui qui nous lie au divin - car il est fait de La Lumière même d'ALLAH ﷻ.


Car ALLAH ﷻ prit de Sa Lumière, et en créa l'Esprit muhammadien avant toute chose, comme le dit le hadith Sharif de Jâbir :


Jâbir a dit : “J’ai interrogé l’envoyé d'ALLAH ﷻ — qu’ALLAH ﷻ lui accorde Ses grâces unitives et pacifiques — au sujet de la première chose qu’ALLAH Très Haut avait créée ; il me répondit : c’est la Lumière de ton prophète ô Jâbir qu'ALLAH ﷻ a créée ( ), puis Il a créé dans cette Lumière tout bien, puis Il a créé après elle toute chose...”

Cet Esprit, il est en toi Sidi ... ; et en toi, Sidi ... ; et en toi aussi, Sidi ... ; et en vous tous mes frères.


Tous, potentiellement, vous êtes des Sayyidina Muhammad ﷺ destinés à éclairer l'Univers de la Lumière d'ALLAH ﷻ, et à appeler à LUI, et à orienter les hommes égarés.


Et c'est bien à vous que s'adresse ALLAH ﷻ dans le Kitab : à toi Sidi ... , et à toi Sidi ... , et à moi... , et à l'humanité entière.


Et il nous suffit à tous, pour parvenir à ce degré de réalisation, d'appliquer les consignes d'ALLAH ﷻ dans Surat Al-'Alaq :


Ne devenons pas rebelles, n'obéissons pas à notre ego qui fait de nous ces hommes insoumis, infatués, hostiles à la prière, qui prétendent interdire à notre Esprit muhammadien de l'accomplir.


Mais penchons-nous plutôt, inclinons vers cet Esprit lumineux qui tend entièrement vers ALLAH ﷻ, et qui agit en nous comme une Qibla pour nous montrer Sa direction.


Comme on le fait en prosternation :


وَٱسْجُدْ وَٱقْتَرِب
Et prosterne-toi, et rapproche-toi !

Comme les anges eux-mêmes se sont prosternés devant Sayyidina Adam (عليه السلام) pour cet Esprit qu'il portait


Et, pour nous aider à localiser cet Esprit lumineux, et à le réveiller au fond de nos cœurs, attachons-nous fermement à la compagnie de ceux qui en rayonnent déjà :


Car eux seuls nous permettront de l'exhumer du tombeau de nos cœurs, ensevelis sous la terre impure de nos péchés.


L'Islam a ceci d'extraordinaire, mes frères, qu'il n'est pas la religion d'un peuple élu, ou d'un clergé élitiste : il nous permet à tous de devenir les prêtres et les ambassadeurs d'ALLAH ﷻ, en ce qu'il nous exhorte à réaliser cette dimension prophétique qui sommeille en chacun de nous tous.


À découvrir ce Secret unique de Sa Connaissance qu'il a placé en chacun de nous, par lequel nous pourrons nous aussi illuminer l'Univers, et aider nos frères voilés à faire jaillir la lumière qui sommeille au fond de leurs cœurs.


Car ALLAH ﷻ n'a pas fini de nous dévoiler Ses Trésors : Muhammad ﷺ n'est pas mort en l'an 632 de l'Hégire - seule son incarnation terrestre et temporelle s'est évanouie ;


Son Esprit, Lui, est disséminé dans des milliards de poitrines, avec en chacune d'elle un Rayon de la Lumière d'ALLAH ﷻ.


Un Rayon aussi fabuleux qu'exclusif, que seul son porteur muhammadien recèle.


Faites votre effort mes frères, et faites jaillir votre Rayon de La Lumière divine, comme nous y exhorte notre Shaykh bien-aimé :



Car tant que des hommes illumineront l'Univers de Sa Lumière, y rajoutant un peu de Sa Connaissance, et dévoilant un peu de Son Mystère infini, celui-ci perdurera.


Et c'est uniquement quand la Lumière d'ALLAH ﷻ cessera de jaillir et de rayonner des poitrines que l'Univers s'éteindra.


Faute d'Éclairage.


(Rédigé à RENNES le 24 mars 2020)

43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page