Cœur à corps

Dernière mise à jour : 24 sept. 2020

بسم الله الرحمن الرحيم


Le corps ne sert qu'à ressentir La Présence Divine - pourvu qu'il soit illuminé.


Et il n'est illuminé que si le cœur est illuminé - car les deux sont liés : le corps n'est que le prolongement du cœur, et un cœur lumineux et purifié irradie nécessairement le reste du corps ; inversement, un cœur souillé entraîne la corruption et la dégradation du corps, jusqu'à la pourriture post-mortem : c'est là la cause du processus de décomposition - tout comme un cœur purifié est la cause de l'imputrescibilité du corps, par cristallisation des minéraux.


C'est ainsi que les sens sont ou non sensibles à La Présence d'ALLAH ﷻ dans le monde matériel : un corps illuminé trouvera dans chaque sensation (sonore, visuelle, tactile...) un signe de La Présence d'ALLAH ﷻ - de telle sorte que toute l'expérience sensible devient une transmission de La Symphonie Divine du monde, le corps étant le relais, voire le terminal de cette Présence.


Car, paradoxalement, c'est en captant toute cette Vibration lumineuse qu'il s'éteindra en elle en s'y (con)fondant.


Inversement, un corps corrompu ne renvoie qu'à lui-même, à son état strictement matériel et mécanique, à sa composante structurelle et physiologique - à ses douleurs et plaies.


Et c'est bien pour ça (dans l'absolu) qu'un corps purifié, dans le prolongement d'un cœur sain(t), n'est quasiment pas sujet aux désordres et affections physiologiques, et à la souffrance qui peut en découler.


Si ce n'est par permission d'ALLAH ﷻ.


Et lorsqu'on dit que la maladie purifie, c'est justement parce qu'il y a quelque-chose à purifier.


Ainsi ALLAH ﷻ peut-il choisir d'éprouver durement quelqu'un par la maladie, afin de parachever sa purification et de l'amener totalement sain(t) dans l'autre monde - à l'instar de certains Awliya.


Car même les Awliya, de leur vivant terrestre (dès lors qu'ils évoluent dans le bas-monde) sont nécessairement soumis à la corruption du corps - aussi infime soit-elle ; sinon, ils ne produiraient aucune sécrétion ou déjection : à partir du moment où ils s'alimentent, dorment, ont des relations sexuelles..., ils satisfont à des besoins du corps relevant de l'ego primaire, entraînant nécessairement l'usure mécanique du corps.


OBTENIR CET ARTICLE EN FORMAT PDF


[Tous droits réservés © Stéphane Abdallah ILTIS / Abu Al-Huda : toute reproduction interdite, même partielle, sans autorisation écrite de l'auteur.]

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout